UA-71875487-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2016

EN LIBRAIRIES A CHARLEVILLE MEZIERES et sur FNAC.COM

avis aux lecteurs et curieux, LE GRAND JOUR est disponible en librairies à CHARLEVILLE MEZIERES

LIBRAIRIE RIMBAUD
26 RUE DE LA REPUBLIQUE
08000 CHARLEVILLE MEZIERES
 
 
LIBRAIRIE DE MOHON
50 rue jean moulin
08000 CHARLEVILLE MEZIERES
 
 
 
LIBRAIRIE A LIVRE OUVERT-LA PROCURE
14 RUE IRENEE CARRE
08000 CHARLEVILLE MEZIERES
 
 
 
 
Merci à ces trois libraires! LE GRAND JOUR.jpg
 
 
Le livre peut également être commandé sur

20/01/2016

Une première chronique de Le Grand Jour, par Sophie Songe

Le Grand Jour entame son grand (espérons-le) voyage vers le(s) lecteur(s)

Voici la première chronique qui lui est consacrée. C'est sur le blog de Sophie Songe... Merci à elle d'avoir pris le temps de lire ce nouveau livre!

Mon avis :

Tout au long de ma lecture, je me suis demandée, quel était le lien entre les deux histoires qui nous étaient proposées. Le récit alterne entre une évasion de pensionnaires d'un hôpital psychiatrique et le récit amoureux malheureux de Sandrine.

On parle ici de liberté, de libre arbitre, de différence et de sensibilité hors du commun. Comment trouver sa place quand on n'est pas dans la norme ?

Cinq patients enfermés toute l'année vont trouver leur salut dans une sortie pique-nique. Aliénés, leurs consciences étranglées, ils vont se libérer de leurs chaînes, s'évader et essayer de s'en sortir... Sandrine, elle de son côté, va essuyer les échecs, un mari volage, un amant inconséquent...

L'histoire se répète, les abandons se succèdent la laissant seule avec elle-même.

Sortir du lot, conquérir une dignité qui ne coule pas d'elle-même, va être leur combat, leur raison de vivre

Des personnages à fleur de peau si faibles et si forts à la fois. L'écriture éprouve, affecte, on est touché par les blessures, les inaptitudes au réel. L'auteur touche un point sensible et on se sent tous concerné. Qui ne pourrait pas un jour passer de l'autre côté ? Sommes-nous sûrs d'être à l'abri ? On réalise, on a peur..

Camisole chimique, enfermement et si nous n'avions besoin que d'une rencontre ou d'une main tendue pour remonter la pente... Un récit émouvant, recentrant qui pousse à réfléchir à s'élever et s'ouvrir.

C'est juste beau, je n'ai rien de plus à ajouter !

12/01/2016

Le Grand Jour est arrivé...

voici les premiers exemplaires...

Le livre est disponible sur Amazon, bientôt sur Fnac, chez votre libraire sur commande...

Pour un envoi dédicacé, utiliser le formulaire de contact.

WP_20160112_001.jpg

 

03/02/2015

Lecture en partenariat...

Offert par Masse critique/Babelio

 

ENVEVE !

 

« Conseils de séduction à l’usage des hommes de mauvaise volonté », Editions du Rocher, joli petit livre signé Cecilia Dutter, romancière et essayiste dont j’ignorais encore le nom, même si à la lecture de sa bibliographie, je suis contente de savoir qu’elle signe notamment un ouvrage dédié à Camille Laurens. Une référence. Une influence, peut-être aussi ?

 

Ce petit livre décline en quelques chapitres, sous couvert de conseils -sensés être avisés- à leur intention, une série de portraits d’hommes tels qu’ils peuvent  apparaître aux yeux de leurs amies du sexe opposé, nous les femmes.

 

Disons plutôt, quand même, que c’est le regard affûté de Cecilia Dutter qui nous est livré : un regard fraternel mais ô combien espiègle et ironique, qui décortique les moindres et les plus gros travers de l’homme moderne.

 

Nul n’est parfait, nous le savons, et face aux « gourgandines », « gallinacées » et autres « cocottes », « pauvresses » et « immatures », devant la « dulcinée », la « guerrière » ou la « féministe », le pauvre « petit » ou « grand » monsieur du 21ès se trouve souvent démuni, désemparé, voire carrément tétanisé. Aussi l’auteure s’adresse à chacun, avec empathie sinon commisération, en toute amitié en tout cas, afin qu’il trouve, en fonction de son tempérament, le meilleur conseil, la meilleure manière de séduire la femme, d’entretenir son désir ou son amour, en évitant les pièges et les écueils que l’ignorance balance sur sa route. Tyran, jaloux, cocu ou infidèle, inconstant ou volage, triste sire ou philosophe prétentieux, poète ou simple d’esprit, épris absolu ou amputé du désir, chacun a droit à sa chacune.

 

Mais les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus, c’est de notoriété publique, ceci explique sans doute pourquoi on a l’impression que Cécilia Dutter parle comme si elle était un homme, et non comme une femme… D’ailleurs, son instruction, ses références (qui vont de Socrate à Freud en passant par Ovide, Kant ou Nietzsche) ne sont évidemment pas celles des femmes dont l’homme pourrait faire la conquête… Il aurait trop peur de se savoir démasqué, analysé de la sorte ! Et quel style, quel vocabulaire, Madame, c’est délicieux !

 

C’est drôle, c’est léger, et tellement bien écrit ! Cela se lit à toute vitesse, trop vite presque. Enfin, pour moi qui suis une femme, mais ce livre est-il bien à l’usage des hommes ?

 

CONSEILS DE SEDUCTION A L USAGE DES HOMMES DE MAUVAISE VOLONTE . EDITIONS DU ROCHER 2015. 132 PAGES. 15,50 euros.

 

 

 

 

 

14:45 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2014

LA CARICATURE DE DIEU?

Curieux titre que ce recueil de nouvelles de Meryl Pinque, qui contient 13 nouvelles et constitue le premier ouvrage de fiction de l'auteure.

C'est ce titre, d'ailleurs, qui m'a interpellée, proposé en lecture par BABELIO/MASSE CRITIQUE.

Curiosité servie pour une amatrice de nouvelles qui n'avait pas lu de textes aussi écrits depuis longtemps. Meryl Pinque soigne le style, le vocabulaire, la conjugaison, tout ce qui peut faire et faire dire qu'un texte est drôlement bien écrit, abouti. Presque trop parfois (la lecture peut devenir ardue ldans certains paragraphes à l'écriture trop soutenue).

La thématique est également respectée dans cet ouvrage où l'on voyage, d'un pays à l'autre, mais à notre époque, loin de la Création et de l'origine du monde.

Enfin, la Création et l'origine du monde nous sont joliment contés dans le premier texte de ce livre qui retrace la plus grande "blague cosmique" à l'origine de la naissance de l'homme, au travers de l'œuvre du diable (il fallait bien qu'il intervienne) et de la caricature offerte à Dieu.

L'homme fut ainsi créé à l'image de Dieu, suivant une caricature signée par le diable lui-même (amusant).

Ceci explique sans doute cela. L'homme, s'éloignant de Dieu, a créé son dieu vivant (autre que le premier, qu'il a certainement oublié aussi...). L'homme élu par l'homme, l'idole, la star, la vedette, le magnat ne sont que des êtres élus par la foule, des démons et des sages créant l'enfer et parfois quelque éphémère paradis...

Et il en découle ce qu'il peut en découler... Ces "montreurs de marionnettes" manipulent et polluent l'esprit de l'homme du peuple tombé en adoration, entretiennent l'instinct de vassalité, le vice, la barbarie et tant d'autres travers.

La mise en évidence du rapport de l'un à l'autre sort l'élu de son isolement, de sa tour d'ivoire pour le renvoyer à la source de son succès et du pouvoir dont il bénéficie: l'homme lui-même.

Dieu a créé l'homme a son image, selon une caricature signée du diable. L'homme a créé l'idole à son image, dans une caricature signée par lui-même et pour laquelle l'argent, le pouvoir ou la religion sont devenus les sceptres.

Argent, pouvoir, religion apparaissent comme des démons qui ont fait de l'homme ce qu'il est devenu.

Evidemment, il s'agit de fiction. Mais ces fictions sont nourries par le réel et résonnent comme autant de réalités qui devraient sans doute nous inquiéter.

J'ai beaucoup aimé le texte d'accroche, le style, le travail de d'auteur, mais au final, ses textes me semblent un peu manichéens. C'est peut-être le propre d'une caricature, et c'est ainsi que je considérerai ce livre. Nous ne sommes tout de même pas si mauvais? Bêtes et méchants? Enfin, j'espère!

MERCI A BABELIO POUR CE MOMENT DE LECTURE.

 

LA CARICATURE DE DIEU, MERYL PINQUE, EDITIONS DU ROCHER 2014.

11:14 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/12/2013

Jardin botanique, Alain Bertrand, Le Castor Astral 2013

Une invitation au voyage…

Jardin botanique, le dernier livre d’Alain Bertrand, n’a rien d’un terrain d’exposition où le promeneur (le lecteur) pourrait s’extasier de la beauté de fleurs et de plantes rares… A moins de prendre au second degré cette vision d’une flânerie au gré des buissons et bosquets, murs de lierre et plates-bandes. D’ailleurs, c’est dans la métaphore et le jeu de mots que l’auteur excelle, au gré de pages où se mêlent nostalgie, fierté et errements d’une jeunesse Belge écartelée entre Bruxelles, la ville de l’amour, la Wallonie, partition secrète d’une vie amoureuse, et la Flandre de Gaston Mairette, sorcier de l’art flamand, chaman de l’art Wallon. Enfant-dieu, le jeune narrateur découvre avec délices, colère, honte ou consternation un pays qui ne tient plus que par des bouts de ficelle, un confetti coupé en deux, agonisant entre un roi trop maigre et des ministres apoplectiques. C’est le temps des journées passées à rêver de courses automobiles, à se moquer des professeurs, à fumer, boire et prendre l’air intellectuel pour éloigner les filles ou au contraire chercher au creux de cuisses à la chair moelleuse comme un gâteau au chocolat le remède à la fièvre naissante. D’études en bohèmes, de défis en cabales, le personnage d’Alain Bertrand nous emmène dans une Belgique insolite, où coule la bière et règne la pomme de terre (frite ou en purée), où la moutarde monte aux narines et le soleil aveugle, sur le front de mer, quand le trait rouge des navires souligne les étagements de bleu horizon. Dans un pays divisé par une frontière linguistique à la ligne discutable et toujours au cœur des préoccupations, Alain Bertrand se fait athlète de la forme et chirurgien du concept pour offrir au lecteur la beauté et la méchanceté des choses. D’anecdotes croustillantes en conversations savoureuses, de paysages incomparables en aventures singulières, Jardin botanique est, sous sa plume sensible et pleine de poésie, une véritable invite à refaire, livre en poche un jour de mélancolie, ce voyage qui nous mène de Bruxelles à la mer du Nord. JARDIN BOTANIQUE, Alain BERTRAND, Le Castor astral, 144p, 2013, 13 euros.

http://www.amazon.fr/Jardin-botanique-Alain-Bertrand/dp/2859209514/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1384250309&sr=1-2&keywords=jardins+botaniques51GUWQxW0LL._SY445_.jpg

11:39 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2013

Mauvaise graine est disponible en e-book!

Un an après sa publication par La plume éditions, et déjà un certain nombre de lecteurs pour la version papier, MAUVAISE GRAINE vient de paraître en version numérique!

Une manière, pour ce roman léger et drôle de gagner encore quelques lecteurs, qui pourront le lire à un prix dérisoire!

mg amazon.jpg

Voici le lien:http://www.amazon.fr/Mauvaise-graine-B%C3%A9atrice-DEPARP...

18:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/11/2013

Et si on passait au numérique?

On aime le livre. Surtout quand on peut le garder chez soi et le feuilleter à loisir. Le poser, le reprendre, le prêter, le donner même.

Pourtant, nous sommes entrés dans une nouvelle ère, où le livre numérique prend le pas sur l'ouvrage physique. Manque de temps, coûts de production, confort de lecture, prix de vente, les arguments sont nombreux pour passer le cap et élargir ses lectures au format e-book.

C'est une démarche difficile pour les auteurs aussi. Mais aussi, peut-être, une chance de toucher d'autres lecteurs, loin des salons, loin des bibliothèques, loin de nous...

C'est pourquoi je viens de faire publier, en numérique, Le journal du père, un roman singulier, par l'écriture et par ce qu'il contient.

Mes premiers lecteurs sont allemands, français, et peut-être bientôt venus de plus loin encore.

Rejoignez-les:

 



Vos commentaires sont les bienvenus!
Merci à vous.