UA-71875487-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2016

Une première chronique de Le Grand Jour, par Sophie Songe

Le Grand Jour entame son grand (espérons-le) voyage vers le(s) lecteur(s)

Voici la première chronique qui lui est consacrée. C'est sur le blog de Sophie Songe... Merci à elle d'avoir pris le temps de lire ce nouveau livre!

Mon avis :

Tout au long de ma lecture, je me suis demandée, quel était le lien entre les deux histoires qui nous étaient proposées. Le récit alterne entre une évasion de pensionnaires d'un hôpital psychiatrique et le récit amoureux malheureux de Sandrine.

On parle ici de liberté, de libre arbitre, de différence et de sensibilité hors du commun. Comment trouver sa place quand on n'est pas dans la norme ?

Cinq patients enfermés toute l'année vont trouver leur salut dans une sortie pique-nique. Aliénés, leurs consciences étranglées, ils vont se libérer de leurs chaînes, s'évader et essayer de s'en sortir... Sandrine, elle de son côté, va essuyer les échecs, un mari volage, un amant inconséquent...

L'histoire se répète, les abandons se succèdent la laissant seule avec elle-même.

Sortir du lot, conquérir une dignité qui ne coule pas d'elle-même, va être leur combat, leur raison de vivre

Des personnages à fleur de peau si faibles et si forts à la fois. L'écriture éprouve, affecte, on est touché par les blessures, les inaptitudes au réel. L'auteur touche un point sensible et on se sent tous concerné. Qui ne pourrait pas un jour passer de l'autre côté ? Sommes-nous sûrs d'être à l'abri ? On réalise, on a peur..

Camisole chimique, enfermement et si nous n'avions besoin que d'une rencontre ou d'une main tendue pour remonter la pente... Un récit émouvant, recentrant qui pousse à réfléchir à s'élever et s'ouvrir.

C'est juste beau, je n'ai rien de plus à ajouter !

Les commentaires sont fermés.