UA-71875487-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2013

A tous les Saints

Week-end de trois jours où l'actualité principale était celle de la Toussaint. Rituel annuel des défilés au cimetière, c'est aussi le point d'orgue de l'automne, saison qui s'inscrit indéniablement dans la morosité, la mornitude, voire la tristesse.

Avez-vous remarqué comme en ces jours gris nous quittent nombre de gens fatigués de vivre. Ils n'attendent pas l'hiver à l'automne de leur vie et nous attristent un peu plus.

Mais là n'est pas mon propos: je me demande pourquoi tant de gens conservent cette habitude d'honorer leurs morts à la toussaint, fête de tous les saints, quand on est sensés fêter les défunts le lendemain, ce qui m'interpelle, soit-dit en passant, au moins autant.

Nous comptons tous nos disparus, nous pleurons tous nos morts, attendez-vous vraiment l'automne pour le faire? Personnellement, je pense à eux toute l'année.

Le débat n'est pas d'aujourd'hui, mais je me passerais bien de ce cérémonial calendaire! Pas vous?

Commentaires

"... pourquoi tant de gens conservent cette habitude d'honorer leurs morts à la toussaint, fête de tous les saints, quand on est sensés fêter les défunts le lendemain" ... Peut-être parce qu'ils espèrent que leurs défunts sont parmi les saints, c'est quand même plus agréable que de penser qu'ils sont juste "morts" ;o)

En ce qui concerne cette tradition, je n'y participe pas et pourtant je la comprends. C'est un rituel, avec tout ce que cela comporte de "magique". C'est un moment où l'on s'arrête, ou l'on "agit". Non seulement vis-à-vis de la personne qui s'en est allée, mais aussi en relation avec la communauté. Comme toute autre cérémonie du souvenir. Cela n'empêche bien sûr pas de penser à eux toute l'année, mais là c'est plus spécial, plus spécifique.

Écrit par : quantique | 04/11/2013

Belle façon de voir les choses, et c'est un peu dans ce sens qu'allait ma question: la fête de tous les Saints n'est pas la fête des morts. Mais la magie dont vous parlez me semble un peu entamée par ces cortèges à destination de tous les cimetières et qui rajoutent plus en morosité à la saison qu'autre chose. Est-ce l'amalgame du temps et de la pensée, du souvenir et de la peine? Cela dit, associer le Toussaint à toutes les autres fêtes du souvenir lui donne effectivement un relief supplémentaire, une connotation plus acceptable...mais tellement moins intime!

Écrit par : bede08 | 05/11/2013

Les commentaires sont fermés.